Billet quasi amoureux d’autodéfense linguistique

Ce billet d’humeur est disponible en version audio, en duo avec Sophie-Andrée Blondin, la merveilleuse animatrice du magazine Les Éclaireurs sur ICI Radio-Canada Première! Vous pouvez même voir la version vidéo, on n’arrête pas le progrès!

Selfie de St-ValentinToute de rouge vêtue, je vous propose un billet d’autodéfense linguistique pour protéger votre santé mentale pendant cette période de suractivité de Cupidon. Soyez rassuré, je prêcherai pas pour un monde sans amour… mais on doit affronter en ce moment les excès dégoulinants liés à la St-Valentin, les cœurs en chocolat cheap, les statuts gluants d’amis en couples fusionnels, les fausses roses qui sentent le yable, pis les vraies qu’on reçoit pas, mais également les pièges de la déclaration d’amour non désirée. C’est pas facile de s’en sortir avec élégance. Pis si on s’en tient à « partir sur un flatte[0] » avec de la piquette, si on se fend l’âme en regardant des comédies romantiques ou en écoutant des chansons d’amour aux idées douteuses, on risque d’envoyer quelques textos qu’on aura tôt fait de regretter. Permettez donc que je vous propose quelques armes pour répondre par la bouche de votre canon pendant ce moment périlleux.

Célibataire de longue date,  nouvellement divorcé ou en relation selon un modèle moins… traditionnel?

Ouch mon coeurSituations très répandues, même si on n’arrive plus à avoir des statistiques récentes, le gouvernement du Canada ayant cessé de les compiler. Mais selon les derniers chiffres, de 2008, 50 % des mariages au Québec se termineraient par un divorce[1]. On sait aussi que la propension à se marier reste faible pis que les taux de personnes vivant seules augmentent. Mais c’est pas une excuse, vous diront tous ceux qui veulent que vous optiez pour le bonheur conjugal. Que faire?

Selon un petit sondage pas scientifique du tout que j’ai fait, avec un échantillon de trois répondantes, plusieurs préfèrent l’évitement et ne voient aucun proche du 1er au 20 février. Mais plutôt que de rester bouche bée, ou de s’enfermer en linge mou, je conseille le recours à langue verniculaire pour ne pas sombrer dans le désespoir. Vous êtes pas faits en chocolat, affrontez vos proches, rappelez-vous qu’ils veulent votre bien, mais n’hésitez pas à leur couper le sifflette s’ils veulent vous aider à trouver l’âme sœur alors que vous êtes dans une période Tinder. Plutôt que de leur mentir, vous pourriez leur dire que vous êtes en garouage; expression québécoise magnifique qui veut dire que vous êtes à la recherche d’aventures galantes pis ça ajoute un fini glamour aux histoires d’un soir poches.

Y persistent et insistent que c’est le temps de vous caser? Rétorquez que vous, vous avez aucunement l’intention de faire noces de chien ou de papier, comme certains. Ils sentiront pas l’insulte dessous, ils penseront que ça fait partie de ces expressions qui marquent les anniversaires de mariage, comme les noces de froment[2] pis les noces de laine[3]! Pourtant, faire noces de chien, c’est se marier pour des motifs sexuels, pis noces de papier, ben c’est pour avoir sa citoyenneté…

Vos interlocuteurs sont du genre à ne pas se laisser décourager par de si subtiles rebuffades? Créez un malaise.

vector-heart_z1zj49IO_LOn peut opter pour la brutalité, du légendaire « Mêle-toi de tes oignons » à « C’est pas de tes [JURON] affaires! »… mais même à 40 ans, on peut avoir peur de finir en pénitence dans sa chambre. Optez donc pour le flou à la place : invoquez l’unicité de votre triangle amoureux par un « Nous, on a décidé de pas définir ce qu’on a », puis souriez.

Recourir aux expressions un peu trop imagée, c’est aussi très efficace si vous êtes dans une période de solitude, choisie ou non. Par exemple, n’hésitez pas à répondre que vous avez pas envie de faire l’amour en brouette pis de vous faire manger les amygdales. Rien à voir avec le Kamasutra, pourtant, inconfort et froncements de sourcils garantis! Faire l’amour en brouette, c’est simplement avoir un genou à terre et embrasser sa tendre moitié qui est assise sur l’autre genou, pis se manger les amygdales, ben c’est s’embrasser goulûment comme on le fait à 14 ans… Pour mettre un terme à cet échange stériel, rassurez-les que « tout vient à point à qui sait s’étendre ».

S’ils n’abandonnent pas, bégoppez

vector-heart_z1XqN5L__LOui, oui, ça veut dire « ressasser le passé ». C’est une fine stratégie qui, lorsque bien employée, permet de repousser l’entremetteur – ou le prétendant –  trop insistant en lui montrant combien on a souffert et combien « on en a gros sur le cœur ». Faire pitié, ça réduit les ardeurs.

Par exemple, racontez en long et en large votre plus récent échec amoureux. Dites que votre « amour s’est élancé vers votre ex comme un taureau dans une porte de grange », pour bien illustrer que votre aventure avec votre patron marié s’est mal terminée. Ajoutez que vous « l’aimiez à la folie, comme une puce à l’agonie », que vous vous êtes « pâmé violette[4] », « arraché le cœur » alors que lui voulait que « jouer à la peau[5] » et « jouer aux fesses[6] ». Clamez que vous en avez marre de vous « faire saucer[7] ». Ça devrait les achever!

Y se peut qu’un ami bien intentionné vous serve le « Un de perdu, dix de retrouvés » ou qu’un prétendant saute sur l’occasion pour vous conter fleurette. Pour qu’ils cessent de vous importuner, foncez! Tout en ayant « l’air d’un cochon qui a reçu un coup de sciau », déclamez « Amour de mon cœur, si tu savais comme tu m’écoeures, tu t’en irais ailleurs ». C’est du solide, c’est publié dans le Dictionnaire des expressions québécoises de Pierre DesRuisseaux.

Et si au contraire, je voulais déclarer ma flamme sans se faire répondre de la sorte?

Pour ça, y’a les cartes de souhaits à la pharmacie. C’est sécuritaire, vous pouvez toujours invoquer que vous savez pas lire pis que vous l’avez choisie pour l’image.

vector-heart_GkLq4c8u_LMais pour les plus téméraires, avant de déposer votre cœur aux pieds d’un éventuel amour, je recommande le recours aux légumes racines. Formulez maints avertissements : dites que vous avez la « patate fatiguée » par l’inconstance amoureuse, que votre mariage « a fait patate » et que vous avez bien pensé « lâcher la patate » sur Réseau contact. Soyez franc : déclarer votre intérêt est une étape difficile, dites-le que vous avez « le cœur qui danse la claquette [8]» ou « le cœur qui débat comme une patate dans un sabot » ou « dans un chausson sale [9]». Vous pouvez même prononcer pétaque, tout cela est également dans le dictionnaire, et l’image du tubercule bondissant dans un bas sale risque de vous donner quelques secondes de répit avant de vous « faire r’virer ».

Aussi, même si vous êtes plein de bonnes intentions, évitez les compliments du genre « T’es amanchée pour veiller tard » et les « j’suis pas attiré par les « racks à chips [10] », je préfère les « beaux brins de filles » pulpeux comme toi. C’est… pas bon.

Z’êtes un peu découragé?

via GIPHY
Source : GIPHY.com

Bah! Vous savez comme moi que les commerçants nous convaincront à coups d’emballages suintants, de publicités promettant l’extase du sentiment dans le diamant et l’exaltation du corps dans des draps tout blancs. Aujourd’hui ou plus tard dans l’année, quand on aura arrêté de se méfier. Y réussiront à nous faire croire que peu importe notre état amoureux, ça pourrait être mieux. On retiendra pas les leçons des chansons du désastre amoureux à plein poumons comme « Je serai l’ombre de ton chien, mais ne me quitte pas ». On va plutôt entonner « Et si tu n’existais pas ». Rien ne sert de se « suer la cervelle [11]», Sophie-Andrée, on est programmé pour s’enlacer, s’accoupler, se déchirer pis recommencer. Bonne St-Valentin!

 

[0] Trinquer, s’enivrer

[1] http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/bilan2011.pdf page 14

[2] Noces de froment : 3 ans de mariage

[3] Noces de laine : 7 ans de mariage

[4] rougir, s’extasier

[5] se mettre en quête d’une aventure galante, faire l’amour

[6] avoir des relations sexuelles.

[7] Se laisser tromper, duper

[8] Avoir des palpitations

[9] Avoir le cœur qui débat à cause de la peur ou parce qu’on est essoufflé

[10] Très maigre

[11] S’épuiser à réfléchir

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s