Déni de justice, signé Harper?

Fermer des bibliothèques, brûler des livres et détruire des données scientifiques historiques, à l’ère de la numérisation et du partage des connaissances. Congédier plus de 2000 scientifiques et mettre fin aux programmes portant sur la pollution et ses incidences sur la santé de la population. Clairement, la diffusion du savoir n’est pas au coeur des priorités du gouvernement Harper, un gouvernement qui n’hésite pas à dilapider des fonds publics pour promouvoir des programmes inexistants tout en invoquant en même temps des prétextes économiques pour justifier une grande noirceur intellectuelle et scientifique (en complément de ce sujet, voir la note de bas de page 1 où j’étale mes talents mathématiques).

Mais là, ça va beaucoup plus loin : le Devoir nous apprend que plusieurs décisions de tribunaux administratifs ne seront pas rendues publiques pour éviter les frais liés à la traduction. La traduction nécessaire pour respecter la Loi sur les langues officielles en vigueur d’un océan à l’autre.  La traduction nécessaire pour respecter la Charte canadienne des droits et libertés, notamment les paragraphes 15, alinéa 1, et 16. Ne pas publier des décisions de justice, c’est empêcher la construction d’une jurisprudence complète et étayée, dans les deux langues officielles de ce pays, et ainsi nuire à la défense juste et équitable des personnes comparaissant devant ces tribunaux.

« L’ONU définit l’état de droit comme un principe de gouvernance en vertu duquel l’ensemble des individus, des institutions et des entités publiques et privées, y compris l’État lui-même, ont à répondre de l’observation de lois promulguées publiquement, appliquées de façon identique pour tous et administrées de manière indépendante, et compatibles avec les règles et normes internationales en matière de droits de l’homme. » (le gras et le souligné sont de moi, la citation vient du site de l’ONU)

Peut-on parler de déni de justice direct, au sens politique du terme? C’est quand même dans les eaux troubles d’une justice à géométrie variable qu’on nage.

Aura-t-on bientôt comme seul choix que de recourir massivement aux tribunaux pour que ce gouvernement réponde de sa propre observation des lois promulguées et des droits garantis dans ce pays, alors qu’il devrait faire preuve de la plus grande probité?

C’est la triste conclusion à laquelle j’arrive.

1. Pour l’ensemble des bibliothèques fermées, on parle d’une économie potentielle de 500 000 $ par année; le coût des publicités sur des programmes inexistants a été de 2,5 millions de dollars; bref, ce gouvernement Harper qui prétend gouverner en ayant à coeur « notre bien-être économique collectif » aurait pu investir juste 20% de moins dans la diffusion de publicités mensongères et prendre une année complète pour archiver/numériser les précieux fonds documentaires scientifiques, pour le même prix. C’est ben pour dire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s