Au bout du fil… et du voyage à Ouaga

Pendant les deux derniers jours de mon séjour dans la capitale du Burkina Faso, j’ai eu le bonheur de revoir mes amis du monde du théâtre et d’entendre des voix burkinabées porter un texte québécois. Voici donc en rafale…

Je vous ai parlé de Sophie Heidi Kam par le passé (ici), cette fabuleuse femme dramaturge et poétesse. Elle est toujours aussi géniale; d’ailleurs, elle vient de remporter avec sa plus récente pièce (Qu’il en soit ainsi) le Grand Prix national des arts et des lettres du Burkina, et ce pour la 3e fois depuis 2000!

Donc, Sophie et moi avons eu le bonheur de passer toute une soirée ensemble à parler théâtre, écriture, vie et normalité (« Véronick, arrête! Qu’est-ce que c’est être normal? Qui décide? Hein? »). On en a également profité pour reparler édition. Malheureusement, la situation demeure : toujours très peu d’éditeurs qui publient les textes de théâtre localement, même quand on gagne les prix les plus importants du pays… Il faut publier en investissant ses propres sous, faire la tournée des librairies en mobylette pour y déposer ses livres en consignation et espérer, de tournée en tournée, récupérer quelques francs CFA. Et si on est publié à l’étranger, le coût des livres est tel que le public du Burkina ne peut se les procurer. Bref, ne cherchez pas sa dernière pièce : elle n’est pas publiée… soupir…

Sophie est déjà venue au Québec et j’espère qu’on l’y reverra bientôt. Ce ne sont pas les invitations qui manquent, mais plutôt, les moyens pour traverser l’océan et de plus en plus, le temps… car elle écrit également du radiofeuilleton, des romans pour enfants, elle est très occupée et elle rayonne!

Véronick Raymond et Sophie Heidi Kam

J’ai aussi eu l’occasion de voir deux fois mon ami Hamadou Mandé, homme de théâtre qui – en plus d’avoir travaillé aux côtés du Pr Jean-Pierre Guingané jusqu’à son décès inattendu en janvier 2011 – est branché dans toutes les sphères théâtrales de ce pays. Hamadou enseigne à l’Université de Ouagadougou et au Centre de formation et de recherche en arts vivants de l’Espace culturel Gambidi, il préside et coordonne un des grands festivals de théâtre de l’Afrique de l’Ouest, le FITMO, et il fait mille autres choses (à découvrir ici).

Hamadou et moi avons le projet commun, depuis 2010, de faire en sorte que la pièce de théâtre Au bout du fil, d’Évelyne de la Chenelière, soit présentée – sous une forme complète ou sous forme de lecture – à la prochaine édition du FITMO en novembre 2012. Nos intentions sont modestes : nous ne visons pas la tournée dans les quatre pays du festival (Burkina, Mali, Niger et Togo) – une présence dans un seul des quatre suffira. Et nous ne prévoyons pas avoir une distribution toute québécoise : au contraire, nous voudrions avoir des comédiens québécois et burkinabés (heureusement, car en billets d’avion, ce serait plus de 35 000 $!). Mais à ce jour, la recherche de financement a été pénible. Tous les organismes subventionneurs ont refusé le projet, certains deux fois plutôt qu’une, déposé par Absolu Théâtre. Mais nous ne désespérons pas.

Aujourd’hui, question de continuer le travail vers cet objectif, Hamadou a invité quatre étudiants en 2e année en théâtre à venir lire la pièce à l’Espace Culturel Gambidi, une fabuleuse occasion pour moi d’entendre le texte avec un autre souffle, un autre rythme. Une opportunité en or également d’échanger avec ces jeunes du « pays des hommes intègres » sur les thématiques de cette pièce et sur le côté universel de la solitude, particulièrement en fin de vie. Et bien sûr, un moment opportun pour expliquer ce qu’est une mitaine, ce que veulent dire « ben », « pis » et « tête de linotte » :) et pour offrir des livres d’auteurs québécois – Larry Tremblay, Carole Fréchette, Évelyne de la Chenelière, Daniel Danis, entre autres – gracieuseté du Centre des auteurs dramatiques (CEAD) que je remercie au passage.

Lecture entre acteurs de la pièce Au bout du fil
Bilal, Florence et Sié en pleine lecture
Roi, Bilal et Florence explorent les auteurs québécois
Roi, Bilal et Florence explorent les livres d’auteurs québécois offerts par le CEAD

J’ai aussi eu la chance de rencontrer la troupe du Centre de formation et de recherche en arts vivants, interrompant pendant plusieurs minutes leur travail sur un texte de Jean-Pierre Guingané – Le cri de l’espoir – sous la gouverne du comédien Charles Ouattara (qui est présentement en vedette dans une pièce solo que j’aurais vraiment beaucoup voulu voir, Verre cassé, au Carrefour international du théâtre de Ouagadougou [CITO] – je vous donne à lire le lien vers la critique de Saïdou Alcény Barry, qui a réussi à échapper à ma visite en se sauvant donner une conférence à l’extérieur de Ouaga :) ). Nous avons échangé sur nos pratiques respectives et le sujet de la courte pièce, une forme qui n’est pas pratiquée ici, les a beaucoup intéressé. D’ailleurs, si je réussis à venir à Ouaga pour le FITMO, nous organiserons un atelier sur le sujet et nous savons déjà qu’il y aura bien des participants intéressés!

La troupe du CFRAV à l'Espace culturel Gambidi
La troupe du CFRAV à l’Espace culturel Gambidi

Enfin, j’ai pu rencontrer Claude Guingané, le directeur exécutif du CFRAV et grand manitou du FITMO et de l’Espace culturel Gambidi dont il a pris la relève, depuis le décès de leur fondateur. Coup de cœur pour cet homme à l’énergie et à l’enthousiasme tout à fait contagieux. Je suis certaine que les œuvres de son père – dont ce centre où bouillonnent tant d’activités liées au théâtre professionnel burkinabé, de la formation à la diffusion – continuera de se développer et j’ai bien hâte de faire plus ample connaissance, cet automne au FITMO (on notera ici tout l’espoir qui se déploie dans cette finale!).

Allez, je vous quitte, je file dormir avant de prendre un avion pour Barcelone, via le Maroc, où j’ai bien l’intention de me perdre et de me perdre encore dans les œuvres de Picasso, de Gaudí, de Miró et des autres.

Publicités

2 commentaires sur “Au bout du fil… et du voyage à Ouaga

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s