Le Japon a dominé mon week-end

Les jours se suivaient, mais ne se ressemblaient pas, pendant mon week-end FTA.

Vendredi, c’était « comment flamber 100 $ et n’avoir qu’un verre de vin en échange! ». Je suis restée prise en taxi dans l’embouteillage monstre qui bloquait le centre-ville et je n’ai pas réussi à voir Octobre 70 de Martin Genest à la PDA. J’ai été boire ma peine au QG (un seul ti-verre, inquiétez-vous, pas de scandale ni de débordement). Ça m’a tout de même donné l’occasion de jaser avec des gens, dont une amie de la maîtrise en théâtre. Et de lui casser les oreilles avec mes inconforts de création actuels, de mon envie – qui ne pourra être comblée, je le comprends – d’observer le travail d’une femme dont l’esthétique et les intérêts sont parents avec les miens, de m’arrimer à du concret pour me sortir de la zone désagréable dans laquelle je suis psychologiquement installée.

Samedi, j’ai vu Hot Pepper, Air Conditioner, and The Farewell Speech de Toshiki Okada. Mon premier contact positif avec le théâtre japonais contemporain, un coup de coeur pour ce texte de 70 minutes sur la vie de bureau. Cruel et répétitif, le texte met en lumière l’importance démesurée que peuvent prendre des détails insignifiants dans nos temples de la routine organisée. La mise en scène décalée ajoute à l’absurdité des monologues qui tournent en rond (et quel joli clin d’oeil que les citations de Wikipédia). J’ai trouvé fort judicieux qu’en troisième partie, le personnage d’Érika, l’employée congédiée dont on prépare le repas de départ, s’affranchisse de cette dure réalité grâce à un imaginaire débridé, qu’elle canalise justement dans de petites choses (comme ses chaussures qui ont des conversations).  Chapeau au FTA d’avoir programmé ce spectacle, ardu pour le spectateur (il faut vraiment lire les sous-titres et c’est intense 70 minutes de procédures de bureau, j’ai quelques références en la matière!) mais particulièrement pertinent.

Dimanche, visite au Centaur pour Neutral Heroes de Richard Maxwell, New York City Players.  J’avais de grandes attentes. Maxwell fait appel à des acteurs de métier et des  non-professionnels (c’est souvent pour moi un indice qu’on a affaire à un créateur qui n’est pas au service des règles et des conventions, mais bien au service de la recherche et du développement, qu’on pense à Platel [cette année avec Gardenia] et à Stefan Kaegi de Rimini Protokol avec Mnemopark, pour n’en nommer que deux). De plus, le chant et la musique, ainsi qu’une scénographie dépouillée devaient me plaire.  Mais en toute franchise, c’est le mot « neutre » dans Neutral Heroes que j’ai retenu. C’est intelligent, c’est bien fait, chapeau aux interprètes. Mais d’avoir choisi de tout jouer au neutre, ça m’a mise au neutre. Au point où mon aiguille d’appréciation a eu tendance à vaciller du côté de l’ennui… et que j’ai cédé aux tentations passagères offertes par des spectateurs autour de moi. Deux à ma droite, pâmées dès qu’on s’est installées (le fait qu’il y ait une douzaine de chaises sur scène lui plaisait beaucoup…) et deux à ma gauche qui souffraient, s’en parlaient et enviaient les spectateurs qui quittaient la salle…

Dans la sélection de pièces que j’ai faite, il y a une tendance forte qui se dessine, soit l’éloge de la lenteur. Après le slow-food, on dirait bien que c’est le slow-theatre. C’est peut-être ma faute, puisque j’ai évité quelques pièces plus violentes… Enfin, ce soir, avec What’s Next? de Dave St-Pierre et Brigitte Poupart, j’ai espoir qu’on retrouve sur scène un peu d’urgence…

p.s. : en passant, chers lecteurs, j’écris jusqu’à la fin juin sur le blogue Montréal gratuit de Radio-Canada, si ça vous dit de suivre ma plume et ses égarements.
p.p.s. : ceci est un micro-billet #FTA2011

Publicités

2 commentaires sur “Le Japon a dominé mon week-end

  1. Merci de tous tes compte-rendu, je les lis tous. Comme je ne peux malheureusement pas voir ces spectacles, tu es mes yeux, en quelque sorte. Je suis curieux de te lire sur What’s next.:-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s