Silencieuse, sans me taire (quelques liens de plus)

Je sais, je n’écris pas. Je ne réponds pas assez (ou pas du tout) à mes courriels, depuis des semaines. Mais la bonne nouvelle c’est que ça va en s’améliorant, que j’ai repris le dessus sur des semaines confuses, pendant lesquelles, plusieurs d’entre vous le savent, j’ai été malade et souvent au lit. Mais ma petite personne, mes retards et mon silence sont plus ou moins pertinents.

Ce que je veux surtout vous dire, c’est que le théâtre fait des vagues. Oui, bon, j’avoue, rarement ici, où la plupart du temps c’est dans l’indifférence quasi totale que ça vit, ça grouille, ça bouillonne. On en publie peu ou prou, on en joue trop devant trop de salles vides, et un grand succès est vu par quelques centaines de personnes.

Mais en Iran, en ce moment, un diplômé de l’École nationale de théâtre du Canada, Vahid Rahbani, que je ne connais pas et dont je n’ai jamais vu le travail, mais dont je salue le courage, fait l’objet d’un interrogatoire par les autorités pour sa mise en scène de la pièce Hedda Gabler, de Ibsen. Je l’ai appris sur Twitter, par un gazouillis de Simon Brault. J’ai fait une recherche web pour tomber sur cet article, http://bit.ly/eu0uek, qui résume la situation.

Que quelqu’un ait le courage de faire la mise en scène en Iran d’un tel texte, après avoir obtenu un permis de l’État (qui le lui a accordé!), ça me donne un espoir fou pour l’avenir de l’Homme. Mais que l’État convoque un homme de théâtre pour l’interroger sur son travail et me voilà à douter profondément de l’avenir de la même petite bête… Alors j’espère que plusieurs suivront publiquement cette histoire, ce qui pourra au moins contribuer partiellement à la sécurité de ce collègue qui prend beaucoup de risques pour que d’autres paroles fusent dans ce coin du monde.

MAJ – ajouts d’hyperliens le 15 janvier :

Qui est Vahid Rahbani?
Un bref cv publié à l’École nationale de théâtre du Canada
et un autre document

Magnifiques photos de la production
Sur Payvand.com

Et sur le site de Fars, qui est un des médias qui a déclenché l’arrêt de cette pièce, en la dénonçant haut et fort comme hédoniste

Quelques liens sur ce qui se passe
Persian Letters (12 janvier 2011)

– Sur Peykeiran (demandez à Google de traduire du persan à l’anglais pour un semblant de compréhension), on « illustre » les raisons de la fermeture de la pièce

Reuters (12 janvier 2011)

RadioZamaneh (13 janvier 2011)

Human Rights House of Iran Rahana (14 janvier 2011)

LATimes (15 janvier 2011)

– L’Orient – le jour en parle aussi, en français, mais je ne suis pas abonnée, donc je n’ai pas le lien direct. Allez sur le site

Si quelqu’un a des nouvelles ou un complément d’information, écrivez-moi, laissez un commentaire. J’espère que M. Rahbani et ses collègues sont en sécurité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s