Gourmandise à Rabat et Casablanca!

Ok, je ne suis ni une gourmet, ni même une foodie.  Je suis une gourmande. Un point c’est tout. Une épicurienne, avec des rondeurs pour le prouver!  Je me trouve présentement à Casablanca, pour quatre jours. Et ici, on mange vachement bien alors je mettrai sur cette page des commentaires et de jolies photos de ce que j’ingurgite, pour vous donner faim et pour vous faire rêver! Be my guest! (p.s. les plus récents restos apparaissent en premier…)             

11 juillet 2010
Mon petit arrêt de quelques jours au Maroc devait surtout servir à décompresser avant d’entamer la partie burkinabè de mon séjour en Afrique.  Je n’avais donc pas prévu quitter Casablanca, mais mon amie Meryem a proposé une visite à Rabat où elle enseigne à l’Université.  Je ne pouvais refuser une telle invitation, parce que ses parents et son frère Jalal étaient en ville et qu’il y avait quatre ans que je ne les avais pas vus.  Et puis un petit tour de train, c’est bien non?      

En cette journée de finale de Coupe du Monde, quoi de mieux que de manger espagnol?  C’est donc au Al Marsa dans la marina de Salé (ville située en face de Rabat), un restaurant avantageusement situé au bord du fleuve Bouregreg et face à la tour Hassan, que nous nous sommes tous retrouvés.  Le Al Marsa est une excellente table, plutôt chic, où bien sûr les poissons sont au cœur de la carte.  Le repas s’est entamé par une entrée d’olives et de salade de pommes de terre (très semblable à la salade de pommes de terre québécoise, à la différence qu’elle contient d’énormes morceaux de carottes cuites très tendres) que la maison sert systématiquement à tous.      

Olives et salade de pommes de terre

 

Ensuite, nous avons partagé, à quatre, une immense paëlla royale, les deux autres invités ayant opté pour une parrillada, une sélection de six poissons à la plancha (grillés).   Notre plat était gigantesque et nous n’avons pu le terminer, malgré nos efforts… mais aucune des langoustines n’est restée dans l’assiette!       

Une immense paëlla! miam miam miam

 

Un seul courageux, M. Rhissassi, a eu la capacité d’ingurgiter un dessert : il a opté pour une magnifique coupe de glaces.  Bien gavés, nous étions tout sourire au moment de sortir de ce magnifique restaurant et de faire quelques pas dans le port…      

Mme et M. Rhissassi et bibi!

 

Une fois de l’autre côté du fleuve, dans la Kasbah des Oudayas, ayant affronté le terrain accidenté avec mes talons hauts et comme j’avais été sage au moment du repas, j’ai pu déguster une pâtisserie ronde au Café maure, la version locale de la traditionnelle corne de gazelle, alors que mes compagnons de voyage ont opté pour des sablés à la noix de coco ou aux amandes (des ghouribas).    

Meryem et bibi à l'entrée du café maure et de sa vue imprenable!

 

Puis, après de nombreuses visites que j’évoquerai dans un autre article, nous nous étions promis d’aller manger un macaron.  L’influence de la France au Maroc étant ce qu’elle est, on en trouve d’excellents ici.  Paul, un haut lieu français du macaron (ayant d’ailleurs acheté le Ladurée de la rue Royale de Paris) a plusieurs franchises au Maroc, dont une à Rabat.  Armée d’un café crème, j’ai pu goûter le grand macaron à la framboise (mon préféré) et le grand macaron au chocolat.      

Le grand macaron à la framboise!

 

À moins d’un événement-surprise, demain je mangerai à l’hôtel ou sur la plage, avant de repartir en soirée… Le tour gastronomique marocain se termine donc pour l’heure (alors que je mange des croustilles et boit du rosé dans ma chambre).  La prochaine chronique gourmande sera bien différente puisqu’elle portera sur le Burkina Faso.  D’ici là, je vous laisse sur deux images de restauration…      

Étal de friandises à la Médina de Rabat

 

Un des nombreux McDo à Casablanca...

10 juillet 2010
Aujourd’hui, 10 juillet, je ne pense même pas arriver à manger le troisième repas de la journée, tant j’ai mangé cet après-midi!  Au petit-déjeuner, les croissants de l’hôtel se laissaient facilement croquer… Puis Meryem a proposé d’aller casser la croûte au Café Maure de la Sqala, à proximité de la grande Mosquée Hassan II.  Cet endroit absolument magnifique, à la fois café et galerie d’art, est situé dans un monument historique face à la mer.  L’endroit est très populaire et le service en souffre… mais ce n’est pas grave du tout, puisque les plats sont délicieux…        

L'entrée de la Sqala

 

Aux traditionnelles bouteilles d’eau avec ou sans bulles, s’ajoutent les cocktails en ouverture de repas.  J’ai opté pour le Maréchal (orange-mangue-vanille), dans une longue liste de possibilités. L’un d’entre nous a pris l’Exotique, qui contient sept fruits: ananas, mangue, papaye, banane, goyave, kiwi et pamplemousse! Ensuite,  j’ai partagé avec mes amis une sélection d’entrées appelée kémia mauresque.  Cet assortiment de plats est composé de chouchouka (poivrons et tomates en purée), de courgettes charmoula, de zaalouk olives vertes (purée d’aubergines épicée), de carottes cuites à l’ail et de fèves tomates.        

Kémia mauresque victime de sa popularité!

 

Comme plat principal, j’ai opté pour un plat typiquement marocain, un tajine de boeuf aux pruneaux, abricots et amandes.  La viande cuite en tajine fond dans la bouche, tout comme la moelle de  l’os qui se trouve au centre du plat.  La combinaison salée-sucrée de la viande et des fruits, particulièrement des pruneaux, ajoutée au croquant des amandes rend ce plat très amusant à se mettre sous la dent.          

Tajine de boeuf aux pruneaux, abricots et amandes

 

Les plats de mes amis étaient tout aussi délicieux… Tanjia (un autre type de tajine au boeuf), Gambas en brochette (de grosses crevettes) et Assiette du pêcheur (seiche grillée, Saint-Pierre, saumon et gambas).        

Une sélection de produits de la mer, l'assiette du pêcheur...

 

Impossible de manger un dessert après tout cela (en fait, je n’ai même pas réussi à terminer mon tajine!).  Alors après un petit espresso, nous sommes partis en expédition à la Mosquée et dans les rues fort achalandées du centre-ville (un samedi après-midi à Casa, c’est actif!).        

Meryem et moi, bien repues!

 

Et nous avons terminé la tournée chez un marchand de glace… dont j’ai oublié le nom (je corrigerai le tout demain, ne craignez rien, Meryem me dira!).  Sorbets (mangue, citron, fraise et crème chantilly), glaces (mangue et vanille), millefeuille et lait d’amande et de vanille sont venus ajouter quelques calories (seulement quelques-unes!) à notre bilan du jour…        

Seulement quelques petites calories...

 

J'attaque avec vigueur mes sorbets!

 

Mangerais-je de nouveau avant de me coucher? à suivre!        

9 juillet 2010
Deuxième resto du voyage: le Lagon Bleu, dans l’hôtel Club Val d’Anfa (ok, je loge là, mais j’avais dormi 19h, j’avais pas d’énergie pour aller plus loin… pis déjeuner à la langouste, c’est tout de même bien non?).  Alors après les divines olives vertes et noires (my god, je me nourrirais que de ça!), en entrée une salade énergétique, un mélange de roulades de saumon fumé avec fromage à la crème, avec de l’avocat, du maïs, des tomates, des coeurs de palmiers et de la salade.  Je n’ai pas mangé les tomates et la salade, pour éviter une petite réaction de touriste, mais tout le reste était très bien.  J’ai ensuite goûté à la langouste au cumin, ainsi qu’aux crevettes tigrées, et à trois types de poissons: St-Pierre, lotte et loup bar. La vie est vraiment dure… alors ensuite je suis allée me faire masser au hammam-spa, pour me remettre d’autant d’efforts!             

Olives (tellllement bonnes) et bière Casablanca… à Casa!

         

Langouste rôtie au cumin – c’est très bon!

         

Troisième table essayée, le Arts Club. Mon amie Meryem, qui habite à Rabbat, m’a dit tantôt d’essayer cet endroit, alors comment résister (en plus, vous avez vu le nom?!).  Le trouver a été un petit défi; le guide de l’hôtel a bien vu que je ne comprenais pas grand chose à ce qu’il me donnait comme indications et n’a pas hésité à faire tout le trajet à pied pour m’y guider à 23h (ok, ouais, suis un peu princesse!).  Meryem avait dit qu’il s’agissait d’un lounge où les trentenaires de Casa mangeaient et buvaient bien, avec de la bonne musique et une super ambiance. C’est exactement ça! Les chansons de Prince alternent avec le « Alors on danse » de Stromae, et les interprétations maisons fort senties de chansons soul, blues et jazz (et les incontournables succès de James Brown).  La musique est extrêmement forte, les gens dansent à leur table, on fume, c’est le party!  Et on mange franchement bien… là j’ai encore une fois goûté plein de choses, heureusement je ne suis ici que quelques jours, sinon j’exploserais (ma jolie robe Marie C ce soir trouvait l’épreuve pénible!). Alors, j’ai essayé un tartare d’araignée de mer et avocat (j’ai une sainte horreur des araignées, mais bon, je me suis risquée.  Heureusement qu’il y avait beaucoup d’avocat, car l’araignée goûte un peu trop la mer à mon goût… Pas sûre que j’aime ça.  Et une chance que c’est haché petit… :)             

J’ai aussi mangé du foie gras de canard aux dattes caramélisées, arrosé de miel, couché sur un lit d’oignons caramélisés également, et accompagné d’un gâteau à l’orange. Ça c’était divin!             

Foie gras de canard aux dattes caramélisées

         

Ensuite, gambas géantes et saumon à la plancha avec fondue de poireaux. Coup de coeur pour le saumon, miam! La fondue de poireaux, c’était un peu intense au niveau santé (de la crème et du beurre, avec un tantinet de poireaux!), mais tremper son pain dans ça, c’était tout simplement délinquant! :)             

Gambas géantes, de grosses crevettes… y’en a jamais assez :)

         

Saumon et fondue de poireaux

         

Pour accompagner le tout, une bouteille d’un rosé marocain, l’Éclipse (du Domaine de Sahari), un vin de la région de Meknès (ville dans laquelle j’ai de mémorables souvenirs de fête dans la rue au mariage de mes amis Habib et Maha!).  Franchement un excellent rosé, pas trop sucré; la bouteille n’a pas été difficile à finir du tout.             

8 juillet 2010
Premier resto essayé: le Basmane, angle boulevard de l’Océan Atlantique et boulevard de la Corniche Ain Diab à Casablanca.  Je n’ai pas apporté de caméra, j’étais un peu jetlag, mais j’ai goûté le tajine d’agneau aux quatre fruits, le tajine de crevettes roses aromatisé à la tomate, en plus de terminer le repas avec la classique sélection de pâtisseries marocaines et le thé à la menthe.  Tout était délicieux, avec un sérieux coup de coeur pour le tajine de crevettes: elles fondaient dans la bouche les petites bêtes!        

Publicités

3 commentaires sur “Gourmandise à Rabat et Casablanca!

  1. Voici les commentaires laissés sur la page originale, que j’ai dû déplacer :

    Dominique Noel dit :
    9 juillet 2010
    Ouff.. Dur dur la vie, hein ?

    Rita Roy dit :
    10 juillet 2010
    Je grossis juste en regardant tes photos…..
    Mais ça me rapelle les bons souvenirs de Casa…
    Bonne continuation de voyage et gros bisous
    Rita

    Valderiz Valderat dit :
    10 juillet 2010
    Garde-moi une place ! Je veux souper avec toi !!!

  2. Promis, tu ne grossiras pas car beaucoup de poissons pas beaucoup de féculent. Juste une petite condition, oublie les desserts. Pas besoin de sucrer (couper) complètement le sucré mais le manger entre deux repas. Youpi, c’est l’été.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s