« Ne me dis pas la vérité mais des gros mensonges »

Citation tirée de Les quatre petites filles de Pablo Picasso

Dans la voiture qui file vers l’aéroport, je termine de la paperasse, c’est pathétique. Quand ma coloc repart avec la voiture, le document est complété, l’enveloppe scellée, prête à être postée. Juste à tant, car il reste moins de trente minutes avant l’embarquement de mon vol Montréal-Paris-Casablanca. Tout se passe bien à l’enregistrement, à part le fait que j’ai apporté trop de bagages. Pour aller en Afrique, c’est honteux. Mais c’est pas vraiment une surprise : j’ai retardé sans cesse la préparation de ma valise au profit de suivis administratifs… Euh, oui, ok, j’ai aussi googlé, twitté, gmail-clavardé pour des choses importantes (comme savoir qui a dit « Il n’y a que deux tragédies; la première est de ne pas obtenir ce que l’on désire; l’autre est de l’obtenir ». Shaw ou Wilde? réponse: les deux). Ça aide pas à choisir son linge et à réduire les petits pots de crème, ça.

Enregistrement en quatrième vitesse de mes deux sacs, passage à la sécurité – bip bip bip – embarquement immédiat. Dans l’avion, il me reste une vingtaine de minutes: je produis des courriels sur mon Blackberry, prends des messages vocaux, je me dis qu’il faut me concentrer sur l’essentiel. L’essentiel. Merde. J’ai oublié d’appeler mon père pour lui dire que je pars pour l’Afrique.

Avant qu’il ne l’apprenne par ce blogue, je lui téléphone, il n’y est pas, je parle à sa douce. Il reviendra après mon départ. Je lui dis de l’embrasser pour moi, que je reviendrai en août. Que je viendrai à la maison. Je raccroche. Je retourne me perdre dans mes courriels. Tape, tape, tape. Puis bonheur, l’écran s’illumine et la photo que j’ai prise de Mario à un tournoi de golf apparaît. On jase, je suis heureuse de l’entendre, mais je manque de concentration, j’ai pas dormi depuis 36 heures et je suis shootée à l’adrénaline.

– Je voulais t’appeler justement.
– Oh oui je sais, j’ai ton escabeau et tes lames à te rapporter. J’ai pas eu le temps, je vais…
– Non, non, c’est pas ça, c’est que je t’ai trouvé une auto…
– …?
– Ben oui, une Saturn, mais une 2005, comme neuve, 5 500$ et seulement 49 000 km. Je te l’ai réservée.

Mon papa est comme ça. Toujours à l’affût d’une auto pour moi. Mon premier bolide, il me l’avait trouvé alors que j’avais 15 ans et même pas de permis! Depuis, j’ai acheté une seule voiture sans lui et c’était après l’avoir appelé trente fois. Toutes les autres, c’est Mario et moi.

Après lui avoir gentiment expliqué que je n’avais pas les sous, que ma bonne vieille minoune allait encore pas si mal, j’ai entendu sa voix toute joyeuse au bout du fil :
– C’est pas grave, je vais avertir le gars. Pis ta voiture, on la réparera.

Ça aussi c’est mon papa. Dans la décrépitude de ma voiture, il voit une occasion de passer du temps ensemble. Comme on faisait quand j’étais ado. Si tu sais la réparer, tu vas être autonome pis tu te feras pas avoir. Pis dis-toi que le gars qui la répare a un
peut-être un secondaire deux; t’es capable, t’es en secondaire quatre
. J’ai appris à changer l’huile, régler les problèmes de coil au séchoir à cheveux, remplacer une roue… entre autres.

Puis il m’a demandé comment j’allais. J’ai dit bien.
– Ouin…
– Je vais me reposer papa en Afrique, je vais réfléchir, on reparlera quand je reviendrai. Inquiète-toi pas.
– T’approches de quarante ans tu sais.
– Je sais oui. J’y pense tous les jours papa. Le matin en me levant. Le soir en me couchant. Pis vraiment trop souvent entre les deux.
– Ben fais-toé-z’en pas : c’est mieux après.
– …?
– Oui, oui, c’est mieux après.
– …?

Et mon sage papa m’a expliqué pendant cinq bonnes minutes que ça irait mieux bientôt. Il m’a raconté la vie qui devient plus légère, les choix plus évidents, les conséquences moins graves. Il a voulu me rassurer, calmer mon angoisse et mes doutes. Comme il le faisait la nuit quand je me réveillais, persuadée qu’on m’avait passée dans le hachoir à viande.

– À quelle heure tu vas aller prendre ton avion?
– J’y suis papa.
– T’es où?
– Dans l’avion. Je suis assise dans l’avion, j’attends qu’on décolle.
– …!

J’ai fini par raccrocher, après lui avoir dit que je l’aimais très fort. J’ai envoyé un dernier message urgent à Rabbat, puis j’ai éteint mes gadgets. Décollage impeccable, avec retransmission sur écran des images captées par une caméra stratégiquement positionnée sur le nez de l’appareil. J’ai englouti le contenu de mon plateau-repas[1] en écoutant Sherlock Holmes sur mon petit écran personnel.

Puis j’ai sombré dans un sommeil profond. J’ai dormi comme un bébé. Merci papa. Continue de me raconter des histoires à dormir debout, j’en ai vraiment besoin.


[1] Chapeau Air France – service et repas impressionnants sur le segment Montréal-Paris: salade et foie gras, bœuf et pâtes, vino tinto, porto, dessert caramélisé croquant, etc. Et quand j’ai versé mon lait dans mon porto, pensant le mettre dans mon café, l’agent de bord a trouvé ça absolument hilarant et une nouvelle bouteille de porto est apparue rapidement!

Publicités

4 commentaires sur “« Ne me dis pas la vérité mais des gros mensonges »

  1. Je t’aime gros gros ma belle Véro et il a raison ton papa à partir de 40 ans c’est vrai… ça va vraiment mieux… c’est le temps de récolter certaines chose que l’on a choses bâtis… d’avoir des pensées sans million de petits nuages au dessus… c’est d’apprendre à apprécier une certaine sérénité qui se pointe le bout du nez…

    Fait un très beau voyage… profites de la VIE… profite de TOI… et laisse le temps faire sa place… de te tourner autour… de te faire l’amour quoi…

    xxx

  2. Moi aussi j’hilare ! J’ai juste lu le bout du porto et je me bidone… et je me trahi. Mes collègues se doutent bien que je fais autre chose que ce je devrais faire… Mais quelques minutes seulement et j’prendrai pas de break, promis !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s