J’ai peur (mais je me soigne)

Eh bien oui, il reste moins de deux semaines avant la première de la pièce Les quatre petites filles, de Pablo Picasso, dont je signe la mise en scène au M.A.I. dans le cadre du Festival St-Ambroise Fringe de Montréal. L’angoisse créatrice est bien présente. J’ai peur.

Peur parce que l’an dernier, à pareille date, techniquement, nous étions plus avancés. Au niveau administratif aussi. On était à la même place au niveau du marketing je crois, sans les médias sociaux. Mais, et c’est là la bonne nouvelle du jour, au niveau de la mise en scène et du jeu, je ne crois pas que nous étions là où nous sommes.  Pas que tout soit clair (euh… on joue du Picasso!) et bien installé, non plus.  En fait, je pense que les difficultés d’horaire, de budget et le fait que  je sois plutôt ébranlée dans ma pyramide de Maslow en ce moment ont mené à un lâcher-prise salvateur: pas de méga grille d’analyse des champs sémantiques, pas de ligne du temps pour structurer l’évolution des intentions, pas d’orgie de notes et de logique.  Non, une fréquentation du texte et une direction d’acteurs plus organique. Me semble-t-il.  Avec des conséquences très libératrices au niveau de l’interprétation et de la mise en scène.

Des éléments de décor ont commencé à envahir l’espace de répétition. Dans quelques minutes, on va placer les dernières répliques dans l’espace.  On va préparer notre extrait pour la présentation de lundi devant les journalistes au Café Campus.  Et à compter de lundi, on enchaîne, on précise, on sculpte et on remet en question.  Les deux prochaines semaines seront extrêmement exigeantes pour toute l’équipe, émotivement et au niveau de la discipline. Les textes doivent se stabiliser (et ce n’est pas là une mince tâche!).  Faudra rattraper les retards administratifs. La trame sonore a besoin de prendre forme ailleurs que dans ma tête.  Les costumes doivent naître.  La technologie n’est toujours pas intégrée, les projections doivent être dessinées, posées, montées. Les éclairages arrêtés.

Et je devrai bientôt plonger dans ma phase schizophrénique. Ça non plus ça ne me rassure pas.  À mes préoccupations de metteur en scène et de gestionnaire devront s’ajouter des préoccupations de comédienne et de partenaire de jeu.  Il me faut apprendre du texte, quitter la table de mise en scène, m’incarner et me lancer corps et âme dans la Petite fille III, cette enfant sexuée et inquiétante, qui annonce sans cesse à ses soeurs d’armes l’arrivée d’un danger qu’elle connaît trop bien.

Générale en salle puis première le 11 juin.  Six représentations de ce chantier, pour confronter les quatre petites filles et leurs copains réels et imaginés au regard d’autrui.  Seulement six face-à-face.

Puis, dans quelques semaines, je prendrai des vacances pour essayer de répondre aux questions existentielles qui m’obsèdent, entre autres sur les prochaines étapes de mon travail artistique et sur ma vie de petite fille. J’ai la chienne. Mais je sais que la folie et le surréalisme de ce texte m’auront préparée à affronter la brûlure du soleil et la noirceur du puits, pour que je puisse trouver ma place quelque part dans le jardin, à l’ombre de l’arbre à dormir debout.  « Ça y est, ça y est, ça y est ».

Si ça vous dit de voir ce spectacle, les billets sont maintenant en vente sur www.montrealfringe.ca  au coût de 9$ plus frais de service.

Publicités

3 commentaires sur “J’ai peur (mais je me soigne)

  1. Il ne faut pas avoir peur, Véronick! C’est cette peur qui nous pousse à se surpasser et créer de grande choses! Quand j’ai lu ta page, je me suis mos à trembler comme une feuille et la seule idée qui m’est passé par la tête est de te répondre! C’est normal dans mon cas car dans deux semaines, on est à la veille de notre première et on a 4 représentations à jouer!

    Il y a une choae que je n’arrive pas à comprendre! Pourquoi toujours se questionner sans cesse sur soi-même! Après avoir jouer ces représentations, essayons de souffler un peu et lâcher du leste par des vacances et prendre du bon temps! C’est le seul conseil que je peux te donner!

    ;) Ne sois pas inquiéte, il y a du monde pour t’épauler!

    Alex « Victo Tiger Power » qui t’adore!

  2. Quelle aventure, non mais quelle aventure !
    Il vous faudrait presque utiliser un logiciel d’organisation pour que tout arrive à temps.
    Je comprends et partage votre angoisse pour avoir organisé très longtemps dans le domaine socio-politique.
    Je m’engage à vous livrer mes commentaires de spectateur lambda après le 16, date que j’ai choisie !
    Courage !
    Je suis avec vous toutes et tous de tout coeur ! :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s