Inertie et éparpillement

Mon cerveau enrhumé va dans toutes les directions.  Je suis une ruine.

Entre autres activités palpitantes, je vérifie mes courriels aux heures pour voir si un de mes spectacles a été retenu pour un festival.  Attendre est une activité qui prend vraiment beaucoup d’énergie.  Et dormir avec son Blackberry n’est sûrement pas sain.

Par la fenêtre, je vois des flocons si gros qu’on jurerait que je suis dans un vieux film avec un décor de carton-pâte.  J’oscille entre mouvement et inertie.  Parfois je combine les deux, pour voir.

J’essaie de réfléchir aux meilleurs moyens de promouvoir des spectacles qui me tiennent à cœur.  Entre autres, le passage des Berbères Mémères dans le cadre de la Nuit Blanche de LAB’I au Katacombes qui joueront un extrait de leur excellent spectacle Bang Bang Love.  Et bien sûr, Ailleurs, la magnifique pièce de Serge Mandeville, qui a gagné l’an dernier le Cochon dramatique (meilleur texte de création) et qui est reprise sur la scène principale du Théâtre Prospero (en passant, y’a un rabais si vous réservez d’ici lundi – 514.526.6582).  On fait comment pour que le monde entier vienne voir ça?

Je pense à la scène que je joue présentement dans un atelier de formation, une scène tirée de Swimming with sharks.  Cruelle.  J’aime bien ça.

Puis je me mets à divaguer au sujet de mes trois projets de théâtre actuels.  Au bout du fil, d’Évelyne de la Chenelière que je monte avec la troupe du Cadavre exquis.  Et mes deux Picasso : Le désir attrapé par la queue (ça y est, retour à la case départ, je repense à la réponse qui se fait attendre) et Les quatre petites filles, qu’on jouera au Fringe.

Faudrait bien que je révise et diffuse un communiqué de presse, que je fasse mes exercices de diction, que je prépare mes fichiers pour mon passage en studio la semaine prochaine pour mon démo de voix, que je paie des comptes, que je rassemble mon matériel pour mon démo caméra, que je finisse les rénos, que j’aille au Costco, que je que je que je.

L’inertie est ma patrie aujourd’hui…  Des Benyllin Nuit, on peut prendre ça le jour?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s