Donnez au suivant, la jolie arnaque à la contravention!

Je vaquais cet après-midi à des activités tout à fait légères.  Massage chez Aveda sur St-Laurent d’abord, où Guillaume travaille à me redonner la souplesse de mes vingt ans.  Comme on ne peut mettre que deux heures dans les parcos, j’arrive toujours à la dernière minute et je repars toujours à la course (heureusement qu’il ne s’agit pas d’un massage de détente, ce serait complètement raté), et aujourd’hui ne faisait pas exception.

Mais ô piège, juste en face d’Aveda, il y a un nouveau Juliette et Chocolat.  Que voulez-vous, je suis une dent sucrée incorrigible, alors en sortant de mon vigoureux traitement, tout en sachant qu’il ne me reste plus qu’une minute ou deux de stationnement, j’entre dans la boutique-café pour acheter rapido un brownies intense et un autre à la fleur de sel.  En filant vers ma voiture, j’aperçois un monsieur-contravention : il est sur le point d’entrer ma plaque dans sa machine de vérification.  Je lui dis gentiment, « oups on arrive en même temps ».  Il me fait un beau grand sourire et il me dit « c’est parfait, bonne journée ».  La madame est contente parce que la contravention pour quelques minutes de retard, je ne l’aurais pas trouvée comique, même si certes, elle aurait été justifiée (et éventuellement acquittée).

La vie est belle, le printemps s’en vient, je suis une femme heureuse.  Je file donc rue St-Hubert pour prendre un encas et aller ensuite chez Belle et Rebelle profiter d’un certificat-cadeau gagné dans une soirée bénéfice de théâtre (quand je vous dis que la vie est belle, je ne blague pas… ).  Je mets bien sûr des sous pour deux heures dans le parco, je casse la croûte, j’achète deux belles robes d’été d’Émilie Desmeules (juste assez serrées pour que ça restreigne mes envies de poutine et de chocolat!) et je retourne à ma voiture.

Sous l’essuie-glace, deux papiers m’attendent.  Une serviette de table et une contravention.  Pourtant, je suis dans les temps.  C’est qu’en l’espace de quelques minutes, deux personnes ont décidé de « donner au suivant », mais avec des intentions franchement distinctes.

Un gentil samaritain conduisant une Subaru a attrapé une contravention devant le 6262, St-Hubert.  Pour éviter de la payer, il a cherché une autre Subaru sur la rue, a trouvé la mienne devant le 6278 et a glissé le constat sous mon essuie-glace.  Mais comme je suis terriblement chanceuse, quelqu’un dans un café à proximité a vu l’arnaque, m’a écrit un gentil mot disant « ceci n’est pas votre contravention, vérifiez le numéro de la plaque d’immatriculation », a signé la missive d’un bonhomme sourire et a glissé le tout entre l’essuie-glace et la contravention.

Voilà, désolée pour mon premier généreux donateur, mais son constat trône fièrement sur une borne de la rue St-Hubert et ce n’est pas moi qui le paierai.  Et un immense merci à mon auteur préféré du jour… sans cette note, j’aurais probablement payé le tout.  Morale de cette histoire : vérifiez le no de plaque avant de payer ou voyagez en transport en commun ou évitez le magasinage!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s